Dix ans que je n’en avais pas fait.
Et bin, c’est marrant mais ça s’est vu.
Le premier jour a été laborieux, le deuxième décourageant, les suivants de la folie.
Non vraiment, y’a rien de plus agréable que de se faire bronzer à une terrasse en haut des pistes avec du vin chaud.
Mais le dernier jour, jme dis « y’a un truc qui cloche, rien ne m’est arrivé.. »
Et moi j’aime bien me donner raison, quoi qu’il en coûte.
Je percute donc un jeune homme fort séduisant sur une piste rouge, pour le principe.
Les cervicales en compote, j’ai quand même envie de l’insulter car la beauté n’excuse pas tout (oui, en fait, c’était sa faute).
Comme je ne suis pas une mauviette, je me relève courageusement. Enfin, j’ai pleuré un peu quand même parce que je suis une fille. Et là, je me dis qu’on va arrêter les conneries et que les pistes bleues, c’est bien plus cool.
Mais une snowboardeuse en a décidé autrement en me coupant la route. J’ai fait une deuxième cascade pour avoir la classe, et là mes cervicales ont dit stop. Cette fois, la snowboardeuse, je l’ai insultée, parce que les gros culs n’excusent rien.
Heureusement, c’était une Hollandaise.
Je suis donc descendue en civière orange. Les gens me huaient, les enfants me jetaient des boules de neige, bref trop la honte.. J'ai fait un tour d’ambulance, mais ils n’ont pas voulu allumer les sirènes.
Résultat : une minerve pendant trois jours.
Sans arrêt de travail.
Contrat rempli.