Et voilà, l'année 2008 commence fort avec le décès de Carlos.
Souvenez-vous : big bisous, le tirelipimpon, la cantine, la séquestration de 11 ministres de l'OPEP...
C'est sous le coup de l'émotion que je vous écris ce post.
Carlos a été l'emblème de toute une jeunesse : on aimait appeler nos copains gros de cette façon.
Fils de la psychanalyste Françoise Dolto, je me suis toujours demandé si dans le livre de cette dernière, elle recommandait aux parents de donner du nutella avec 10 sucres aux enfants, pour leurs goûters.
OK, c'est facile les blagues sur les gros. Mais c'est drôle.
Carlos ne peut être que d'accord avec son recueil de blagues racistes.
Mais en vrai, je remercie Carlos d'être à l'origine de mon affirmation. Sisi, grâce à lui, j'ai couru toute nue sur la plage à 2 ans, en chantant "tout yu, tout bronzé".
Plus tard, il m'a fait rire dans "Pas de pitié pour les croissants".
Ah, quelle belle carrière !
Chaque matin, devant mon verre d'oasis, je penserai à lui.
On n'entendait plus trop parler de lui ces derniers temps jusqu'à son apparition au meeting de Sarkozy.
Et puis, baam, un cancer foudroyant.
De là à dire que c'est lié...
On verra bien si Delon le suit.
Carlos, tu nous manques déjà.